Site de l'académie de Versailles

Accueil > Les disciplines > ST2S > Première conférence consacrée à l’intervention sociale auprès des publics en (...)

Première conférence consacrée à l’intervention sociale auprès des publics en situation de pauvreté

jeudi 9 décembre 2010 par Colin Nathalie

COMPTE RENDU DE LA CONFERENCE AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX
DU 24 NOVEMBRE 2010

Présents (es) : Les élèves des terminales ST2S
Mme COLIN et les enseignants ST2S
Mme LENEINDRE Infirmière
M. SAULNIER enseignant de Philosophie
Intervenants : Mme BARTEBIN Conseillère en Economie Sociale et Familiale
M. FRISTCH Educateur spécialisé de rue

Début de la réunion 10h15

M le Proviseur introduit l’intervention des professionnels en précisant l’intérêt de cette conférence pour les élèves et les remercie de leur présence.

Mme Leneindre explique sa présence dans cette intervention. Elle porte en effet une attention plus particulière aux élèves de ST2S auprès desquelles elle réalise plusieurs actions tout au long de l’année.

Mme COLIN projette un diaporama permettant de présenter rapidement la situation des personnes en précarité en France. Elle explique les objectifs de cette réunion :
-  compléter le cours sur les politiques sociales
-  aider à la construction du projet professionnel des élèves

Ordre du jour :
-  quelles actions mener avec ces publics ?
-  comment interviennent les professionnels qui sont au contact de ces populations ?
Mme Colin explique également l’organisation en deux temps prévus sur les deux heures (conférence en salle polyvalente et atelier table ronde avec les professionnels)

Intervention de Mme BARTEBIN conseillère ESF
Mme BARTEBIN travaille au Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) de Grigny. Les actions de cette institution sont orientées par la Politique de la Ville et supervisées par le Maire. Les CCAS ont une obligation d’analyse des besoins sociaux depuis 1995 et ce afin de connaître les publics en difficulté ainsi que leurs difficultés.
Les prestations sont de deux types :
-  prestations légales :
· RSA (revenu de solidarité active) pour lequel le CCAS est service instructeur) ;
· l’Aide Médicale d’Etat (AME) ;
· la domiciliation (pour les SDF rendu obligatoire depuis 2007 et en augmentation) ;
· l’obligation alimentaire (pour l’accès aux maisons de retraite pour personnes âgées)
-  prestations facultatives :
· accompagnement des bénéficiaires du RSA par des conseillers d’insertion (pôle insertion) ;
· précarité et problèmes budgétaires ( mise en place d’un pôle prévention des expulsions locatives ) Mme BARTEBIN explique qu’en 30 ans les expulsions sont passées de 40 environ à 2 actuellement ;
· sollicitation du Fonds Social Logement ;
· accompagnement budgétaire pour les familles sur-endettées par l’instruction des dossiers de surendettement (procédure d’effacement des dettes depuis 2005) ;
· les secours alimentaires : tickets service, orientation vers épicerie sociale, aides financières …
Le CCAS intervient en priorité auprès des publics sans enfant car il n’y a pas d’assistante sociale. Les familles sont prises en charge par la Maison Départementale des Solidarités au titre de l’ASE ( Aide Sociale à l’Enfance)
Les partenaires sont : les CAF (Caisse des Allocations Familiales), le Conseil Général et surtout le milieu associatif …

Questions posées :
-  Peut-il y avoir des refus d’aide ? Oui, selon les situations, cela dépende des personnes mais ils essayent toujours de trouver une solution même si ce n’est pas celle demandée.
-  Peut-on aider des personnes en situation irrégulière ? elles sont orientées vers le secours catholique (le CCAS ne peut intervenir que dans un cadre légal) et les assistantes sociales de l’ ASE.

Intervention de M. FRISTCH Educateur Spécialisé
Il travaille au CEPFI du val d’orge (service comprenant 18 éducateurs).
Il commence son intervention par un bref historique de cette profession. Elle a vu le jour après la seconde guerre mondiale pour venir en aide aux jeunes qui étaient nombreux à être dans la rue. La prévention spécialisée va se développer à partir des années 1960, et être à son apogée dans les années 1980 avec la naissance de la politique de la ville.
M. FRISTCH expose ensuite les différents axes de sa profession.
1er axe :
Il est spécialisé en prévention et relation (éducateur de rue, il travaille sans mandat avec respect de l’anonymat du jeune). Les éducateurs n’ont pas de public précis, à eux de le chercher dans les rues. Les publics sont de plus en plus précoces et désorientés, il faut établir des relations avec eux en passant beaucoup de temps ensemble, pour réaliser un projet professionnel et personnel.
2ème axe :
Des actions collectives comme la mise en place de séjour, de l’aide au devoir, des ateliers d’expression, des projets humanitaires afin d’être présent pour les jeunes.
3ème axe :
un suivi individuel qui permet d’aider, d’accompagner sur des structures adéquates afin de résoudre un problème ou créer un projet de vie.
De nombreux partenaires aident l’association comme les MDS (Maisons Départementales de Solidarité), les missions locales, les services jeunesse, des associations départementales, CCAS (Centre Communal d’action Sociale) et l’éducation nationale.
L’association est financée à 80% par le conseil général et à 20% par les villes.
Avant le but des éducateurs était de faire en sorte que les jeunes aillent bien, aujourd’hui le but est qu’ils aillent mieux
Deux questions :
-  y a-t-il une durée dans le temps de la prise en charge ? M. FRITSCH répond qu’il n’y a aucune limite. Il accompagne aussi bien des enfants de 7 ans et des adultes de 30 ans
-  Concernant une situation de délit d’un jeune suivi par leur service, l’éducateur peut-il aider la police ? M. FRISCHT explique qu’il est tenu au secret professionnel et ne peut dénoncer les jeunes qu’il suit ; ceci est un problème d’éthique. Par contre, il peut être amené à effectuer des signalements pour des jeunes qui se mettent en danger.

La conférence s’achève à 11h 10 et se poursuit en ateliers.

Ce compte rendu est un travail collectif des Terminales 8.

Documents joints


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Lycée Léonard de Vinci (académie de Versailles)
Directeur de publication : Chef d'Etablissement